Oui aux polices municipales armées en Île-de-France… y compris à Paris !


Le tabassage de Yuriy en janvier dans le quartier "Beaugrenelle" (15e arrondissement de Paris)

Les rixes entre bandes ont rythmé les dernières semaines en Île-de-France - en plus de violences urbaines et de conflits interpersonnels - avec des actes de violence parfois mortels perpétrés par des mineurs de plus en plus jeunes, de plus en plus violents et agissant avec de nouveaux modes opératoires. Les réseaux sociaux semblent ainsi avoir joué un rôle important dans le déclenchement de la spirale de la violence.

Dans ce contexte, la présidente de la région Île-de-France a présenté un plan global pour renforcer la lutte contre les bandes qui repose sur trois piliers :

  1. Sécuriser, avec une police municipale armée d’armes à feu obligatoire dans toutes les villes de plus de 10 000 habitants, la vidéoprotection des espaces publics sur le trajet entre les transports en commun et les établissements scolaires, et l’utilisation de drones pour alerter des regroupements suspects.

  2. Responsabiliser, avec un “Conseil pour les droits et devoirs des familles” (CDDF) obligatoire dans toutes les villes de plus de 10 000 habitants et le conditionnement des aides municipales facultatives (chèque loisirs, bons vacances, etc.).

  3. Sanctionner, en augmentant le nombre de centres éducatifs fermés pour les “meneurs”, en systématisant le travail d’intérêt général (TIG) pour les “suiveurs” et en abaissant la majorité pénale de 18 à 16 ans.

Valérie PÉCRESSE a déjà démontré sa crédibilité dans le domaine de la sécurité, avec par exemple la vidéoprotection de 100% des transports en commun qui a contribué à réduire le nombre des rixes.

Paris compte 15 des 70 bandes d’adolescents ou jeunes adultes recensées par le ministère de l’Intérieur en France. Avec plus de 310 000 crimes et délits commis en 2019, la capitale occupe le 1er rang national pour l’insécurité, loin devant Bobigny, Marseille, Lyon et Montpellier. C’est aussi à Paris que le sentiment d’insécurité a le plus progressé en Île-de-France selon l’Institut Paris-Région.

Paris et les Parisiens méritent que leur maire prenne enfin à bras-le-corps le problème de l’insécurité croissante. Certes, Anne HIDALGO a opportunément fait volte-face sur le sujet en amont des élections en acceptant finalement la création d’une police municipale. Mais elle continue de s’arc-bouter contre son armement létal en invoquant ses missions de sécurité de proximité du quotidien. Or, dans la réalité, les policiers n’ont pas toujours le choix d’intervenir ou non. Faute d’armement létal adapté à l’état des menaces, les futurs policiers municipaux pourraient être ainsi mis en danger, voire devenir des cibles symboliques. Il est encore temps d’évoluer. Ne pas le faire serait irresponsable.

Enfin, je crois qu’il faudra significativement renforcer l’éducation des jeunes aux réseaux sociaux. Idem pour la pratique parfois excessive de jeux vidéo ultraviolents qui ne contribuent probablement pas à la prise de conscience des conséquences d’un passage à l’acte et de sa responsabilité “IRL”…

23 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout