Pérennisation des “coronapistes” : les riverains doivent maintenant être associés !


La rue de Rivoli le 20 avril 2021
La rue de Rivoli le 20 avril 2021

Dans sa nouvelle rubrique intitulée “Lettre ouverte à…”, Le Parisien s’est fait le porte-voix des sans voix - ce que les Parisiens tendent à devenir depuis 2014, quoi qu’en dise la communication municipale sur la démocratie participative - en publiant le 19 avril une “lettre ouverte à…” Anne HIDALGO dans laquelle il lui demande si elle a l’intention de pérenniser les coronapistes et suivant quel calendrier.


Cette nouvelle rubrique est efficace. Dans la réponse que le quotidien publie dès le lendemain 20 avril, Anne HIDALGO confirme que “oui, les coronapistes seront toutes pérennisées” et indique qu’un calendrier sera établi “pour que tout le réseau soit finalisé avant les Jeux Olympiques et paralympiques de 2024”.


Pour mémoire, les 49 km de pistes cyclables créées dans Paris dans l’urgence au printemps 2020 à l’occasion du premier déconfinement (certaines aménagées en une nuit !) avaient été initialement présentées comme provisoires. Le provisoire a déjà duré. A lire la Maire de Paris, il risque de durer encore.


Ni la création initiale des coronapistes ni la confirmation du principe de leur pérennisation n’aura donc fait l’objet de la moindre concertation des différentes parties prenantes - directement ou indirectement concernées : élus locaux, riverains, acteurs économiques et associatifs, Préfecture de police de Paris, etc.


Ces parties prenantes doivent maintenant être associées aux futures phases du chantier avant toute livraison des coronapistes définitives et être tenues informées du calendrier des correctifs qui pourront être apportés aux aménagements initiaux dans l’intervalle des trois ans, sans attendre les JOP 2024, car il y a urgence !


Certains aménagements provisoires devront être largement revus. Ainsi la coronapiste rue de Rivoli interdit-elle inutilement la circulation générale en doublonnant la piste cyclable bidirectionnelle préexistante, avec pour principale conséquence le tarissement des flux de clients et la dévitalisation commerciale accélérée d’un axe structurant pour la capitale et ses arrondissements centraux…


Ce n’est pas la première fois que les Parisiens du Centre subissent les tentatives de passage en force de Mme HIDALGO : ils comptent donc sur la mobilisation de leur nouveau Maire, M. Ariel WEIL, pour défendre et faire valoir l’intérêt local auprès de l’Exécutif parisien.

39 vues0 commentaire